Développer ses sens et capacités avec Handi zik

Ecole de musique Basse-Goulaine

L'école de musique Basse-Goulaine, adhérente au collectif T'Cap, a fait parler d'elle dans le Ouest France. En effet, son atelier Handi Zik a fait l'objet d'un article paru sur le site Ouest France en juin dernier.

Bien que les inscriptions ait eu lieu en septembre dernier, T'cap souhaitait vous faire découvrir ce que l'école de Basse-Goulaine met en place pour les jeunes en situation de handicap : Être à l'écoute et respecter les différences de chacun, tel est l'objectif de l'école.

credit : ouest francecrédit Ouest France

« Gaële Di Noto encadre l'activité Handi zik, dédiée aux personnes en situation de handicap. Elle souhaite accueillir des enfants en difficulté d'apprentissage à la rentrée.

Trois questions à...

Gaële Di Noto, enseignante à l'école de musique.

En quoi consistent les ateliers Handi zik ?

Ils abordent la découverte des instruments, de la voix et des sons en s'appuyant sur une diversité d'activités : l'éveil du chant, les percussions corporelles, l'écoute de morceaux et des pratiques instrumentales. Les ateliers ont lieu sous forme de cours particuliers ou en groupe, selon la sensibilité et le rythme de chaque personne en situation de handicap.

Il est primordial d'être à leur écoute et de respecter leur différence pour qu'il y ait du plaisir. Avant de mettre en place un atelier, je commence par un échange et discute des attentes et de la sensibilité de l'élève pour faire des propositions sur-mesure.

Pour Maxence, un jeune enfant autiste que j'accompagne pour la deuxième année (lire ci-dessous), les séances ont pour but de développer ses sens, avec un éveil par les sons et le toucher, en m'appuyant sur tous types d'instruments. Il est très tactile et a besoin de sentir les parties de son corps.

Comment se déroule une séance ?

Au début de la saison, on tâtonne pour trouver une réponse sur-mesure aux besoins. Les séances débutent généralement par un rituel : on s'assoit sur une chaise et on respire pour se recentrer, par exemple. Une fois détendu, on passe aux instruments ou on chante.

Pour Maxence, le rituel est de remettre tous les instruments dans la caisse quand il veut arrêter. Ses séances durent environ vingt-cinq minutes, selon son envie et c'est lui qui choisit l'instrument.

En quoi la musique peut-elle aider un enfant en difficulté d'apprentissage ?

La musique permet d'apprendre autrement, par le mouvement. Le support écrit n'est pas obligatoire et en utilisant les deux mains, le cerveau est mobilisé différemment. On est dans le ressenti et le respect du rythme, cela permet de trouver un apaisement par rapport à la difficulté de concentration. De plus, les enfants ont la possibilité de choisir l'instrument.

Samedi 9 septembre, de 10 h à 12 h, à l'école de musique, inscription pour les nouveaux élèves. Contact. www.embg.free.fr et embg@free.fr »

Article de Ouestfrance.fr parut le 25/06/17