Nathan Arnaud, lauréat de la bourse Declics Jeunes 2017 de la Fondation de France, au Trianon, Paris, le 25 septembre 2017. © Lucien Lung

Être en situation de handicap, c'est une difficulté au quotidien, un rempart face aux autres mais cela peut-etre aussi une ouverture vers d'autres formes, vers d'autres chemins de vie.

Comment trouver cette force, cette motivation, cette énergie qui permet de dépasser ce quotidien difficile, ce regard des autres, ces incompréhensions face aux stéréotypes de chacun. Quand on est en situation de handicap visuel, on est la plupart du temps atteint d'un handicap invisible. Ce handicap est pourtant là, présent, mais invisible,
alors il faudrait probablement porter des lunettes noires, ou tenir une canne blanche, ou encore avoir un chien guide, ou peut-être les trois en même temps pour devenir visible ? Le handicap est l'affaire de tous, chacun d'entre nous peut être concerné de près ou de loin par cet empêchement physique, psychologique ou mental.

Dès l'âge de 6 ans, j'avais choisi la danse. Après plusieurs expériences professionnelles jamais très loin du spectacle vivant c'est encore la danse qui est au centre de mon activité. Aujourd'hui, grâce à une forte motivation, du travail personnel régulier et à un entourage aidant j'affirme enfin ma posture de danseur interprète et de chorégraphe. Mon travail artistique place la sensorialité de la danse comme source d'inspiration. La danse n'est pas que à regarder mais elle est aussi à écouter, à sentir, à ressentir. Chaque geste est porteur d'un son, d'un déplacement de l'air qui sont des capteurs sensibles du mouvement du danseur.

Se rapprocher de ce que l'on est pour avancer, accepter les difficultés pour mieux les contourner, danser, dansez !

Nathan Arnaud, Artiste chorégraphique