Sonia prend la parole face à la caméra de Rémy Viville. Elle revient sur cette mobilité, sur ses attentes et ses envies vis à vis de la formation que nous recevons au Canada mais aussi du projet européen Change2Regard en lui-même.

Sonia représente l’association Stereolux qui est partenaire français sur l’axe Culture et musique. Son travail consiste entre autres à observer, analyser, critiquer des ateliers de créations sonores. Elle travaille avec des outils comme l’orgue sensoriel qui est un instrument de musique connecté pouvant être utilisé par les personnes en situation de handicap.

Un projet européen ? Oui mais pourquoi ?

Sonia nous explique que pour elle, le handicap c’est un « obstacle » mais pas que cela. Elle cherche à travers ce projet Change2Regard, une confrontation de différents points de vue, sortir de sa zone de confort et prendre du recul sur les pratiques. Les notions de partage et d’échange entre tous, sont très importantes pour elle, c’est pour ces valeurs que elle s’implique dans ce projet. Sonia a la conviction que ce projet est susceptible de changer les choses, grâce un groupe de travail soudé qui pourra se relever d’éventuels obstacles. 

 

La place du choix de la personne et l’autodétermination ?

Sonia nous explique que pour elle l’autodétermination c’est de donner aux personnes des conditions favorables pour pouvoir décider. Elle pense que Change2Regard peut faire changer les choses, en laissant la place à la personne si elle veut participer. Elle travaille avec son équipe pour savoir si ils donnent le choix aux personnes en situation de handicap de participer aux ateliers, mais il y a la contrainte de l’emploi du temps et de l’organisation soit ils font en amont. A chaque atelier chaque participant décide si il veut intervenir ou pas, les artistes avec lesquels Stereolux travaille sont avant tous artistes et non des professionnels de l’intervention. Les artistes restent dans le champ artistique et ce sont les participants qui font de manière encadré qui réalisent le processus de création.

Pour conclure, Sonia nous explique qu’elle va retravailler la méthode vue lors de cette formation, avec l’équipe de Stereolux. Elle ne veux pas imposer cette méthode mais elle est convaincue qu’elle est nécessaire, et que l’équipe du Stereolux a des valeurs humaines qui vont dans ce sens et qu’elle peut les en convaincre.